Cosmétique de l’ennemi – A. Nothomb

téléchargement

 

Titre : Cosmétique de l’ennemi

Auteur : Amélie Nothomb

Editions : Le livre de poche

 

Quatrième de couverture : « Sans le vouloir, j’avais commis le crime parfait : personne ne m’avait vu venir, à part la victime. La preuve, c’est que je suis toujours en liberté. »

C’est dans le hall d’un aéroport que tout a commencé. Il savait que ce serait lui. La victime parfaite. Le coupable désigné d’avance. Il lui a suffi de parler. Et d’attendre que le piège se referme. C’est dans le hall d’un aéroport que tout s’est terminé. De toute façon, le hasard n’existe pas. »

 

Mon avis : Un style décalé et étrange, digne de notre fameuse auteure belge, mais néanmoins très fluide. Ce roman happe le lecteur qui vit le dialogue entre Textor Texel et Jérôme Angust. Malgré l’étrangeté de ce livre, il traite de sujets plutôt sensibles. Quelques passages sont parfois un peu longs mais l’envie de connaître la suite nous le fait vite oublier.

La chute, quant à elle, m’était tout à fait inatendue.

 

Ma note : 7.5/10. Un livre déroutant qui nous entraîne de surprises en surprises.

L’homme qui voulait être heureux – L. Gounelle

Titre : L’homme qui voulait être heureux

Auteur : Laurent Gounelle

Editions : Pocket

 

96013395_o

 

Résumé : « Imaginez… Vous êtes en vacances à Bali et, peu de temps avant votre retour, vous consultez un vieux guérisseur. Sans raison particulière, juste parce que sa grande réputation vous a donné envie de le rencontrer, au cas où… Son diagnostic est formel : vous êtes en bonne santé, mais vous n’êtes pas heureux.

Porteur d’une sagesse infinie, ce vieil homme semble vous connaître mieux que vous-même. L’éclairage très particulier qu’il apporte à votre vécu va vous entraîner dans l’aventure la plus captivante qui soit : celle de la découverte de soi. Les expériences dans lesquelles il vous conduit vont bouleverser votre vie, en vous donnant les clés d’une existence à la hauteur de vos rêves. »

 

Mon avis : J’ai découvert ce livre grâce à une collègue de travail. Je craignais de tomber sur quelque chose de très bateau, hé bien pas du tout !

Ce roman se lit très rapidement et traite des questionnements que chacun d’entre nous peut avoir dans sa vie.

J’ai trouvé cette lecture plutôt rassurante et apaisante. Elle permet de prendre conscience de petites choses du quotidien et nous aide à aborder la vie de manière un peu différente.

 

Ma note : 7.5/10. Un roman léger et enrichissant, qui saura toucher chaque lecteur.

Ne le dis à personne – H. Coben

Coben-Harlan-Ne-Le-Dis-A-Personne-Livre-897149293_L

 

Titre : Ne le dis à personne

Auteur : Harlan Coben

Editions : Pocket

 

Résumé : « Imaginez… Votre femme a été tuée par un serial killer. Huit ans plus tard, vous recevez un e-mail anonyme. Vous cliquez : une image… C’est son visage, au milieu d’une foule, filmé en temps réel. Impossible, pensez-vous ? Et si vous lisiez Ne le dis à personne… ? »

 

Mon avis : Un roman policier haletant, qui surprend le lecteur en lui offrant une vraie dose de suspens. J’ai eu beaucoup de mal à lâcher le livre, tant que je voulais connaître la suite.

Harlan Coben jongle habilement entre histoires d’amour et situations exceptionnelles, le tout ponctué de rebondissements plus inattendus les uns que les autres. La vie des personnages secondaires tient également le lecteur en haleine.

A noter qu’une adaptation cinématographique, réalisée par Guillaume Canet et sortie en 2006, est issue de ce livre. Personnellement, j’ai trouvé le film bien moins captivant que le roman.

 

Ma note : 9/10. Un roman très agréable à lire, qui offre de multiples rebondissements.

Bella ciao – E. Holder

Titre : Bella ciao

Auteur : Eric Holder

Editions : Seuil

 

41BMQE05AJL._SX210_

 

Résumé : « Pour abréger sa pitoyable vie noyée dans l’alcool, la noyade, la vraie, semble être l’épilogue parfait. Ainsi pense le narrateur. L’eau n’est décidément pas son amie, le suicide est manqué. Un changement radical s’impose. Il devient ouvrier agricole. Pas à pas, il part à la reconquête de lui-même. Sa renaissance est en fait un retour… à sa femme, à ses enfants. Et à son métier d’écrivain. »

 

Mon avis : Ce livre m’attirait par son thème, à savoir la terrible descente aux enfers d’un homme à cause de l’alcoolisme mais aussi son chemin vers une nouvelle vie. Finalement, le thème n’est qu’effleuré.

La plume de l’auteur est fine et agréable. Toutefois, l’histoire ne m’a absolument pas touchée. Elle manque, à mon sens, de profondeur et de puissance.

J’ai finalement accroché à l’histoire durant les derniers chapitres pour arriver à une fin absolument abrupte et décevante, laissant le lecteur seul avec ses interrogations.

La lecture est fluide et se fait rapidement (et heureusement pour moi, j’ai cru ne jamais arriver au bout !) mais plusieurs fois, je me suis demandée si le livre que j’avais entre les mains était un roman (voire une autofiction) ou un bouquin sur l’agriculture viticole…

 

Ma note : 4.5/10. Une histoire qui semblait attrayante mais qui n’a finalement pas su me toucher.

Survivre avec les loups – M. Defonseca

9782845632066-fr-300

Titre : Survivre avec les loups

Auteur : Misha Defonseca

Editions : XO

 

Résumé : « 1941. Les parents de Misha, réfugiés en Belgique, sont déportés. La famille qui la cache étant sur le point de la livrer aux nazis, la petite fille décide de fuir. Vers l’Est. Là où, lui a-t-on dit, ses parents ont été emmenés…

Allemagne, Pologne, Ukraine… D’un village à l’autre, Misha vole pour se nourrir et se vêtir. Dans la forêt, elle est recueillie par un couple… de loups. Elle va adopter leurs comportements et se faire accepter par la meute. Pendant quelques semaines, elle n’est plus seule…

Durant ces quatre années d’errance à travers une Europe à feu et à sang, Misha découvre la violence des hommes et l’humanité des bêtes. Au terme de son périple, elle retrouve le monde de ses semblables. Parvenir à y vivre sera une nouvelle épreuve… »

 

Mon avis : Ce livre, présenté comme un témoignage, m’a de suite attirée. Le titre laisse rêveur ainsi que l’histoire : celle d’une petite fille qui survit à la Shoah grâce à des loups.

La plume de l’auteure est fluide et agréable. Le lecteur est directement plongé dans le passé de Mishke, qui nous raconte sa petite enfance puis son périple à travers différents pays. Durant toute ma lecture, je suis passée d’une émotion à une autre, ressentant une grande empathie pour cette enfant.

Toutefois, j’ai été déçue par le fait que les passages évoquant les loups sont vraiment très courts et succincts. De plus, ne connaissant pas l’auteure, je me suis renseignée sur le net et quel étonnement lorsque j’ai découvert de nombreux articles de presse mettant en avant le fait que Survivre avec les loups était une « fausse biographie », ce qui l’auteure a finalement avoué.

En soi, le fait que l’histoire soit vraie ou fausse m’importe peu puisqu’elle met en lumière les atroces conditions que de nombreux enfants juifs ont pu connaître pendant la Guerre. Mais ma déception vient du fait que j’appréhendais ce livre comme un témoignage alors qu’il n’en est rien.

Malgré cela, ce livre traite de sujets forts et intéressants, notamment les conditions de vie des enfants durant la Guerre, la quête d’identité, la vision de l’humanité, permettant prises de conscience et réflexions.

 

Ma note : 6/10. Un avis mitigé sur cet ouvrage qui me paraît intéressant sur le plan de la réflexion mais qui laisse quelques touches de déception, notamment en raison du titre qui, de mon point de vue, ne colle pas vraiment au contenu.

Moi, l’enfant autiste – J. et S. Barron

Titre : Moi, l’enfant autiste

Auteurs : Judy et Sean Barron

Editions : J’ai Lu

 

sans-titre

 

Résumé : « Enfant, Sean Barron semble normal. Certes, il crie souvent, déteste être pris dans les bras; aux yeux de ses parents, c’est un mauvais cap à passer. Mais plus il grandit, plus son comportement devient difficile, incontrôlable. La vérité éclate, brutale : Sean est autiste. Grâce à leur amour, leur compréhension, leur patience, ses parents réussissent enfin à établir un lien avec lui. Un nouveau Sean naît alors.

Il nous raconte les années que cette mystérieuse maladie lui a volées. Il se souvient de tout : la fureur, les obsessions, l’isolement terrifiant, le désir désespéré de s’en sortir… Récit à deux voix : celle d’une mère qui veut comprendre le sentiment autodestructeur de son enfant, celle d’un petit garçon miraculeusement échappé des affres de l’autisme. »

 

Mon avis : L’autisme est un sujet qui m’intéresse particulièrement. J’ai donc voulu découvrir l’histoire de Sean Barron et sa famille.

Ce récit à deux voix est vraiment bouleversant J’apprécie vraiment d’avoir cette double vision des choses : celle de Sean et celle de sa mère, qui met en lumière l’incompréhension de cette dernière. On s’attache très rapidement à cette famille qui nous transmet de manière très authentique sa détresse, son sentiment d’impuissance, sa souffrance puis sa « renaissance ».

J’ai été particulièrement sensible à l’étape où les parents recherchent des réponses aux comportements de leur fils et se retrouvent face à des professionnels de santé absolument antipathiques, qui les laissent encore plus seuls et incompris.

 

Ma note : 8/10. Un récit poignant et très intéressant qui évoque avec beaucoup d’émotions la question de l’autisme.

 

Un appartement à Paris – G. Musso

Titre : Un appartement à Paris

Auteur : Guillaume Musso

Editions : XO

 

SG_CORRECTION 4 -UN APPARTEMENT.indd

 

Résumé : « Paris, un atelier d’artiste caché au fond d’une allée verdoyante. Madeline l’a loué pour s’y reposer et s’isoler. A la suite d’une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des Etats-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.

L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l’assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd’hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d’unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.

Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais. »

 

Mon avis : Je réserve la plupart du temps le roman de Musso de l’année en cours pour mes vacances d’été. Pourquoi ? Tout simplement parce que je suis quasi certaine de ne pas être déçue et de passer du bon temps au bord de la piscine !

Manque de bol cette année, j’ai été un peu déçue… Le rythme de ce roman est beaucoup moins soutenu que celui des précédents, ce qui m’a donné une impression de longueur en début de lecture. Au bout de quelques dizaines de pages, on se prend quand même au jeu de l’enquête que mènent Madeline et Gaspard. Le récit à deux voix de nos protagonistes nous plonge dans un vrai suspens.

Musso nous a habitué à un côté fantastique plus prononcé. Un appartement à Paris est un roman plutôt simple bien que l’enquête de nos héros nous réserve des surprises.

Le petit plus appréciable par les grands lecteurs de Guillaume Musso (comme moi) : les nombreuses références à ses anciens romans et personnages. Toutefois, n’ayez crainte, si vous n’avez pas lu tous les livres de Musso, les références n’entachent en rien à la compréhension et à la fluidité de l’histoire.

 

Ma note : 7.5/10. Un bilan mitigé pour de ce dernier roman de Musso qui m’a d’abord laissé une impression de déception mais qui s’est révélé vraiment prenant, retrouvant alors la plume addictive de notre auteur favoris.

Le temps est assassin – M. Bussi

Titre : Le temps est assassin

Auteur : Michel Bussi

Editions : Pocket

Le-temps-est-aain

 

Résumé : « Eté 1989. La Corse, presqu’île de la Revellata, entre mer et montagne. Une route en corniche, un ravin de vingt mètres, une voiture qui roule trop vite… et bascule dans le vide. Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère sont morts sous ses yeux.

Eté 2016. Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l’accident, avec son mari et sa fille ado, en vacances, pour exorciser le passé. A l’endroit même où elle a passé son dernier été avec ses parents, elle reçoit une lettre. Une lettre signée de sa mère. Vivante ? »

 

Mon avis : Dès les premiers chapitres, on se perd dans la fraicheur de l’île de beauté qui nous réserve pourtant bien des surprises. L’alternance entre le récit de Clotilde à ses 15 ans, via son journal de vacances et celui de Clotilde; 27 ans plus tard, est très fluide.

Ce roman est un véritable thriller où l’intrigue reste entière jusqu’à la fin du livre. Le lecteur se pose des tas de questions pour tenter de résoudre l’énigme qui anime Clotilde durant tout son séjour sur les traces de son enfance. La plume de Michel Bussi est addictive et à chacun de ses romans, je suis prise dans l’histoire et j’ai beaucoup de mal à poser le livre.

De nombreux thèmes sont abordés de manière plutôt fine comme le contexte corse mais aussi la lassitude qui s’immisce dans la vie de couple, les histoires d’amour et de sexe des adolescents…

 

Ma note : 9/10. Un vrai bonheur littéraire qui pousse le lecteur dans des hypothèses plus irrationnelles les unes que les autres, pour finir par être totalement surpris par le dénouement de cette folle intrigue.

 

 

Plutôt deux fois qu’une – P. Lainé

Titre : Plutôt deux fois qu’une

Auteur : Pascal Lainé

Editions : Gallimard

 

product_9782070381500_195x320

 

Résumé : « « Les Glycines » : une pension de famille tranquille, avec un beau jardin au bord de la Seine. Une demi-douzaine de clients, les mêmes depuis vingt ans, y coulent des jours paisibles. Pourquoi fallait-il que M. Linz, cet homme si convenable, se fasse assassiner dans sa baignoire ? L’inspecteur principal adjoint Robert Lester va mener l’enquête, et rondement. En quelques heures, il découvrira que la façade toute blanche de la pension « Les Glycines » cachait plus d’un mystère, et peut-être plus d’un cadavre.

Pascal Lainé conduit avec maîtrise et humour une intrigue ingénieuse dotée d’une mécanique parfaite. Gageons que la grande Agatha Christie aurait apprécié la sagacité de l’inspecteur Lester qui n’est autre que le neveu de… Miss Marple ! »

 

Mon avis : Un roman digne d’une enquête d’Agatha Christie qui plonge le lecteur au cœur de l’intrigue. On se lie facilement aux résidents des Glycines et on se retrouve rapidement happé par le suspens que procure cette enquête. Le lecteur tâtonne, émet des hypothèses, se trompe, recommence… en même temps qu’avance les investigations de l’inspecteur Lester et de ses hommes.

Le suspens reste vraiment entier du début à la fin du livre, permettant ainsi aux lecteurs de se prendre au jeu. Impossible de refermer ce livre avant le dénouement final !

 

Ma note : 8.5/10. Une intrigue astucieuse qui embarque littéralement le lecteur, parfait pour un moment de détente, toutefois riche en mystères.

 

 

 

Cris invisibles – L. Mondon

Cris-invisibles

 

Titre : Cris invisibles

Auteur : Laurine Mondon

Editions : Kawa

 

Résumé : « Autiste et hyperactive, l’histoire de deux enfants hors du commun.

Alors qu’il devrait s’amuser avec les enfants de son âge, Pierre préfère observer les papillons et rester seul. Sa mère aimerait le voir rire comme les autres mais c’est impossible. Le jeune garçon présente des troubles autistiques et ne peut pas communiquer.

Mathilde, jeune institutrice accablée par des névroses qui l’empêchent de trouver le sommeil, ne sait plus comment gérer Annabelle, une de ses élèves. L’enfant, véritable tornade, est tourmentée au point de rendre sa vie et celle de ses proches infernale.

Trois existences enfermées derrière des murs de silence, d’angoisse et de non-dits, trois destins qui vont se croiser… Parviendront-ils à casser les barreaux de leur propre prison et à vivre enfin pleinement ? Leur sensibilité exacerbée et leurs différences pourront-elles les aider à s’épanouir ? »

 

Mon avis : Je ne pouvais louper ce livre pour rien au monde puisque, d’une part, il a été écrit par une personne que j’apprécie et admire énormément, tant sur le plan humain que littéraire, et d’autre part, parce que ce roman traite de sujets qui me touchent particulièrement.

Je tenais à souligner la finesse et la beauté de la couverture, réalisée par Alexia Savey, qui est également une jeune femme que j’admire particulièrement.

Dès les premières pages de ce roman, j’ai été happée par les histoires d’Annabelle, Pierre et Mathilde, pour qui j’ai ressenti une affection grandissante tout au long de ma lecture. Inutile de vous dire que je l’ai lu en deux jours… Une fois ouvert, il est très difficile de reposer ce livre tant on souhaite continuer à évoluer avec nos protagonistes. L’auteure nous emmène au plus profond de l’intimité des personnage, offrant ainsi aux lecteurs un univers fragile, douloureux mais rempli d’espoir.

J’ai beaucoup apprécié la présence des courts chapitres, passant d’une histoire à une autre. J’ai également été sensible à la rythmicité du roman, bâti à la manière d’une chanson où une sorte de refrain revient régulièrement. Celui-ci peut nous apparaître plutôt étrange en début de lecture mais prend finalement sens au fil des pages.

Ce livre, traitant entre autres de névroses, d’autisme et d’hyperactivité, a forcément réveillé mon « côté psy » qui a été agréablement surpris par les nombreuses recherches que l’auteure a probablement dû effectuer (et je pense particulièrement aux tests permettant le diagnostic des troubles autistiques) qui ont été astucieusement intégrées au roman sans tomber dans le domaine médical.

 

Ma note : 9.5/10. Un livre au style d’écriture très agréable et trois pans de vie, différents, mais tous aussi touchants les uns que les autres.

Mission accomplie pour ce premier roman qui est une vraie réussite. J’espère que d’autres suivront… !